© 2017 Ecole Française d'Aromathérapie N° W3330003449

  • Facebook App Icon
  • Twitter App Icon
  • Google+ App Icon
MODULE 7
- Le système respiratoire et ORL
- Les poumons
- L'oreille
- L'oreille moyenne
- L'oreille interne
- Les oxydes 
- Les HE majeures du système respiratoire et ORL
- Améliorez ces états
- Questionnaire
Phase 1
Phase 2
Phase 3
Phase 4
BONUS
Phase 5
Phase 6
Phase 7
Phase 8 
Phase 9 
Phase 10

L'OREILLE INTERNE 

cette partie s'appelle le labyrinthe. Le labyrinthe comprend 3 parties : 

- le vestibule

- le limaçon ou cochlée 

- les trois canaux semi-circulaires. 

Le vestibule comprend plusieurs cavités qui reçoivent des filets terminaux du nerf auditif au niveau d'un épaississement appelé tâche auditive. Les vestibule est également l'organe de l'équilibre. C'est au fond du vestibule que s'insèrent trois canaux semi-circulaires situés chacun dans un plan différent et dont le rôle est de maintenir l'équilibre. 

Le limaçon membraneux, tube de 3 com de long et enroulé 2 tours et demi, constitue l'appareil nerveux de l'audition et renferme l'organe de Corti, composé d'environ 3 000 fibres élastiques et de cellules ciliées qui reçoivent les terminaisons d'une des branches du nerf auditif. Les impulsions sont relayées jusqu'aux centres auditifs situés dans les deux lobes temporaux (cerveau). 

Toutes les parties de l'oreille interne, canaux membraneux et périphériques, contiennent un liquide appelé endolymphe. Dans ce liquide, des petits grains de substance calcaire appelés otolithes ou otoconies nagent. 

Le vertige de Menière : il s'agirait probablement d'une altération biochimique du liquide du labyrinthe.

Symptômes : vertiges survenant par crises, précédées de bourdonnement, d'une sensation de plénitude de l'oreille malade et abaissement de l'ouïe. Le vertige apparaît brusquement, intense, rotatoire; accompagné d'angoisse, nausées et vomissements. Le malade est obligé de se mettre au lit parce qu'il a tendance à tomber du côté atteint. Entre les crises, le malade ne sent aucun symptôme, mais la maladie évolue jusqu'à la destruction du labyrinthe et à la surdité complète. 

Le traitement conservateur consiste à atténuer l'excitabilité du labyrinthe au moyen de neuroleptiques et dépresseurs (chlorpromazine, procaïne) ou tranquillisants. On doit tenter de modifier le problème de pression des liquides à l'intérieur du labyrinthe en se basant sur la pression de l'artère centrale, la rétine. Ces deux pressions semblent en relation. Si la pression est augmenté, on prescrit des injections intraveineuses : sérum glucosé hypertonique ; si elle a diminué, on injecte de l'eau distillée. Cette thérapeutique donne de bons résultats bien qu'on n'en comprenne pas encore le fonctionnement. 

La labyrinthite ou otite de l'oreille interne est caractérisée par un ensemble de symptômes l'apparentant au vertige de Ménière (perte d'équilibre, bourdonnements, abaissement de l'ouïe) et de symptômes de l'otite moyenne : fièvre, douleur. 

Éviter le piège de l'auto-diagnostic du client. On comprendra l'importance de traiter efficacement une otite de l'oreille moyenne.