© 2017 Ecole Française d'Aromathérapie N° W3330003449

  • Facebook App Icon
  • Twitter App Icon
  • Google+ App Icon

LES ÉTHERS 

La chimie les définit comme un oxyde d'éthyle, substance très volatile dont les vapeurs provoquent une explosion au contact d'une flamme. 

En médecine, on utilise l'éther comme anesthésiant, avec prudence : une dose excessive peut entraîner le coma et même la mort par dépression des centres nerveux. L'intoxication par l'éther en usine est décelée par un changement de comportement des employés : apparition de vertiges, somnolence. 

Dans les huiles essentielles, l'éther n'est pas la seule et unique composante mais nous comprenons mieux les dangers des petits appareils de diffusion qui chauffent les huiles : cette substance volatile est libérée dans l'atmosphère avec le risque inhérent. 

On parle d'éther-oxyde et il comporte une double fonction : tonique à dose normale, il devient stupéfiant (engendre la stupeur) à forte dose. Il engourdit le système nerveux central et peut conduire au coma. 

Dans une huile essentielle totale, cette substance est tempérée par les autres composantes. Elle est neurotrope, musculotrope, antiparasitaire, stimulante des glandes exocrines particulièrement celles du système digestif. Elle est hydrophobe et non soluble. 

Les principales représentantes sont : 

Chavicol 

Ocimum basilicum var. basilicum/Basilic

Artemisia dracunculus/Estragon 

Trans-anéthole 

Pimpinella anisum/Anis vert

Foeniculum vulgare/Fenouil

Illicium verum/Anis étoilé 

Eugénol 

Eugénia caryophyllata/Girofle clou

Cinnamomum verum/Cannelle feuille

Melaleuca leucadendron/Melaleuque blanc

Safrole 

Myristica fragrans/Muscade