© 2017 Ecole Française d'Aromathérapie N° W3330003449

  • Facebook App Icon
  • Twitter App Icon
  • Google+ App Icon

RÉPERTOIRE DE SOINS AROMATIQUES CHEZ L'ANIMAL DE COMPAGNIE 

Ce répertoire vous dresse une liste alphabétique d'une série d'inconforts, de petits bobos, mais aussi de véritables problèmes de santé pour lesquels l'aromathérapie s'avère précieuse, voire salutaire là ou d'autres voies thérapeutiques ont montré leurs limites ou leurs carences. 

Trois critères on guidé le choix des problèmes exposés : 

- La faisabilité, la fiabilité et la reproductibilité des protocoles et des résultats cliniques : pas question dès lors de prétendre soigner rapidement, et efficacement une leucose féline, une strongylose cardio-pulmonaire ou un diabète insipide si nous n'avons pas le recul suffisant en la matière ! 

- La facilité du soin : on privilégie des massages ou des mélanges dans la nourriture aux administrations trop contraignantes. 

- La sécurité d'emploi : on évite de faire "pis que mieux" en causant irritations ou intolérance suite à la causticité de l'une ou l'autre HE certes efficaces mais trop difficile à doser correctement en fonction de divers facteurs propres à l'animal (poids, type de poil, chat ou chien, etc... ) 

Ce formulaire thérapeutique n'a d'autre prétention que de montrer l'efficacité, l'innocuité et la simplicité de protocoles aromatiques dans une série d'affections plus ou moins sévères auxquelles sont sensibles les chiens et les chats et pour lesquelles des thérapies agressives et débilitantes sont parfois entreprises. 

Les huiles essentielles ne sont pas la panacée capable de soigner tout et n'importe quoi, soit de supplanter les protocoles thérapeutiques classiquement en vigueur. Si dans certains cas le traitement aromatique proposé peut se suffire à lui-même, il est d'autres maladies pour lesquelles l'administration de molécules de synthèses reste de mise, l'aromathérapie n'intervenant qu'en complément utile. Restent les pathologies lourdes ou spécifiques pour lesquelles l'aromathérapie doit avouer ses limites, et qui ont dès lors été volontairement écartées du recueil des protocoles aromatiques présentés ici.