LES PHÉNOLS ET LES ALCOOLS 

Nous regroupons ces deux substances parce qu'elles font partie du même groupe : les hydroxyliques. Et aussi parce que pratiquement toutes ces substances porteront la terminaison o l. Des deux, ce sont les alcools qui constituent les substances les plus répandues dans les huiles essentielles. 

Plutôt positivants, stimulants, toniques, immunostimulants, souvent dermocautiques, ils jouent un rôle important pour leur action anti-infectieuse et fongicide. Ils sont également hydrophile ; il est intéressant de démontrer ici la signification de ce mot : certains alcools sont tellement solubles qu'ils ne se trouvent pas dans l'huile essentielle mais dans l'eau de distillation ; le meilleur exemple, le lavandulol que l'on retrouve dans l'hydrolat de lavande. On comprend mieux pourquoi certains hydrolats seront très intéressants à utiliser et que d'autres n'auront que peu de propriétés du fait que leurs composantes biochimiques ne sont pas solubles. 

Selon leur structure moléculaire, ils seront dotés de propriétés plus ou moins agressives sur les micro-organismes. Nous allons différencier les substances et leur action au moyen du tableau suivant dans lequel il vous restera à ajouter le nom français de la plante où cette substance se retrouve. 

Tableau ICI 

Il est inutile d'énumérer toutes les HE contenant des alcools et des phénols (il faudrait en nommer les trois quarts!), mais il est important de retenir au moins les représentants majeurs de cette famille qui témoignent le mieux de l'action antiseptique des HE. 

Alcools et oxydes : ravensara aromatica, melaleuca quinquenervia, laurus nobilis, eucalyptus globulus, eugenia carryophyllata, cinnamomum verum, rosmarinus officinalis, thymus vulgaris thymoliferum, origanum compactum, satureja montana. 

© 2017 Ecole Française d'Aromathérapie N° W3330003449

  • Facebook App Icon
  • Twitter App Icon
  • Google+ App Icon